Éditions
Éditions Cariscript Livres Revues

Évangéliaire selon la récitation orale des Apôtres.

Texte des quatre Evangiles selon la Peshitto


Présentation rythmique et analyse midrashique :

Auteur : Frédéric GUIGAIN 

Prix : 26,50 €

Cet ouvrage se donne pour tâche, sur le fondement des nouvelles découvertes exégétiques concernant à la fois l’oralité des Évangiles à l’époque apostolique et la signalétique originale du texte syriaque de référence nommé Peshitto, de rendre accessible au public cultivé (mais non nécessairement spécialisé) les résultats pratiques majeurs d’une restauration, désormais devenue possible, de la récitation orale des Évangiles en lectionnaires hebdomadaires selon la tradition apostolique la plus originelle. A ce titre, l’ouvrage a été conçu de telle sorte qu’il puisse être :
1) un lectionnaire ; c’est-à-dire le support écrit d’une proclamation à vive voix du texte évangélique, qui peut être autant privée que communautaire, d’après la division rythmique des phrases indiquée par la Peshitto et une présentation visuelle qui réponde aux meilleures conditions anthropologiques de l’oralité.
2) un instrument mnémotechnique ; c’est-à-dire le guide pratique d’une mémorisation intériorisée du texte évangélique, d’après la restitution de son organisation en colliers thématiques et l’analyse indicative de leur structuration interne.
3) un cahier d’étude ; c’est-à-dire un manuel qui, par son format, sa disposition synoptique et les remarques introduites en marge, suscite un commentaire toujours renouvelé des Évangiles, d’après diverses clefs de lecture et leur analyse comparative (midrash), en laissant l’espace suffisant à son ajout dans le corps même du texte au fil du travail d’approfondissement.
ISBN 978287601338
Format 21x29,7 cm – Nombre de pages : 662
Année de parution : 2008

Haut de page ↑

_____________________________________________________________________________

Exégèse d’oralité Tome 1 (2e édition)


Auteur : Frédéric GUIGAIN 

Prix : 24,50 €

“Il appartient à notre époque d’avoir l’heureux privilège de redécouvrir des aspects fondamentaux de la tradition apostolique qui, pour des raisons historiques diverses, sont demeurés perdus jusqu’à aujourd’hui. Aussi, non seulement sommes-nous en mesure de rétablir une conception plus exacte de l’activité évangélisatrice de la génération apostolique, mais encore d’accomplir à son imitation un renversement essentiel de notre attitude à l’égard de la Parole de Dieu, qui soit enfin le gage d’un profond renouvellement de l’Église de notre temps.
Cette découverte tourne autour d’une réalité unique et très simple, mais dont les implications sont multiples et parfois complexes, que l’on peut appeler : l’oralité évangélique. (Extrait de l’introduction)
Aussi ce premier cahier d’études se propose-t-il de présenter un
tour d’horizon suffisamment large des diverses problématiques liées à
cette redécouverte de l’oralité à l’âge apostolique : sont abordés les aspects spirituels d’une véritable “théologie de la mémorisation” caractéristique de l’époque, la genèse structurée de la Bonne Nouvelle dans le cadre hiérarchique de l’ “école traditionnelle”, et les principes techniques d’un décompte systématique de la Parole de Dieu.

Rien de ceci ne saurait être possible sans revenir à la pâte linguistique concrète du Seigneur et des Apôtres, c’est-à-dire à l’araméen, transmis par une pratique orale ininterrompue et dont le texte chaldéen de la Peshitta constitue le vestige archéologique incontournable. C’est ainsi qu’est rendue à sa beauté première la Bonne Nouvelle du Verbe incarné, dont la qualité littéraire est seule à rendre compte de l’ensemble des procédés phonétiques, scéniques et midrashiques, qui font regorger la Parole de sens et lui assurent son inlassable et savoureuse manducation.
La recherche scientifique est alors l’occasion d’un pèlerinage initiatique sur de grands thèmes de l’Évangile, entièrement revisités, tels que l’Enfance, la Transfiguration, la Miséricorde et la Résurrection.

(Quatrième de couverture)
ISBN : 9782876013537
Format : 21,4 x 25,5 cm – Nombre de pages : 232
Année de parution : 2012

Haut de page ↑

_______________________________________________________________________________

Exégèse d'oralité, tome 2


Auteur : Frédéric GUIGAIN
Prix : 29 €

Une grande partie de l’activité didactique de Notre-Seigneur s’est déroulée dans le contexte de controverses qu’Il a soutenues publiquement avec les autorités religieuses de Son temps.
De ce fait, la Bonne Nouvelle des Apôtres appartient aussi au genre du débat contradictoire qui présidait, tout à la fois, à l’acquisition de la sagesse, à l’élaboration de la doctrine et à la fixation du droit.
Cet art était éminemment oral, tant dans la façon de soulever les questions que dans celle de transmettre les conclusions : il s’agissait d’être fidèle au cheminement exact de la pensée au cours de la confrontation des points de vue et des personnalités en jeu.
Aussi nos évangiles ont-ils été particulièrement attentifs à rendre au mieux le contexte vivant des enseignements du Maître, vu son importance pour définir précisément la situation de l’Église naissante au milieu des interrogations de l’époque.
Preuves scientifiques sur le choix du texte araméen pour la traduction des textes de l’Évangile.
Ce livre nous plonge dans la reconstitution de l’oralité en continuité à celle opérée par les Apôtres.
Le but étant de restituer la prédication apostolique à l’intérieur du vaste courant de l’oralité judaïque.
Application et complément des huit livres précédents du même auteur, aux mêmes Éditions :
Évangélaire selon la récitation orale des Apôtres, 2009,
La Torah de la Nouvelle Alliance selon la récitation orale des Apôtres, 2010,
La Récitation de la Nouvelle Alliance selon saint Matthieu, 2012,
et La Récitation de la Nouvelle Alliance selon saint Marc, 2012,
Exégèse d’oralité (2e édition), 2012,
La Récitation de la Nouvelle Alliance selon saint Luc, 2013,
La Récitation de la Nouvelle Alliance selon saint Jean, 2013, 2021
La Proclamation synagogale du Saint Evangile, 2015.
ISBN : 9782876013698
Format : 21,4x25,5 cm -  Nombre de pages : 300
Année de parution : 2017
_______________________________________________________________________________

Haut de page ↑

La Proclamation synagogale

du Saint Évangile
Auteur : Frédéric GUIGAIN
[indisponible]


Voici une présentation synoptique de la récitation du saint  Évangile telle qu’elle devait être pratiquée quand l’Église n'était pas encore séparée liturgiquement  de la synagogue. Les évangiles n'ont pas été transmis, en effet, comme de simples chroniques, ni n'ont été écrits en vue d'une lecture solitaire, mais ils ont été intentionnellement composés en fonction de la célébration publique de la Parole communément admise à l'époque des Apôtres.
Cette composition remonte, en fait, à  la prédication de la Parole par Notre Seigneur, Lui-même, inscrite dès le début dans le contexte synagogal et festif de la religion judaïque dont elle prétend réaliser définitivement les Écritures sacrées. Ainsi Ses discours autant que Ses actes sont à situer en vis-à-vis contant de l'Ancien Testament et de la Tradition vivante de Son temps, si l'on veut comprendre de quelle façon ils en constituent la réponse directe. Mais cette composition orale de la Bonne Nouvelle s'est poursuivie jusqu'à l'élaboration de lectionnaires propres à  la communauté primitive, où le ministère triennal du Seigneur a été reporté sur le cycle ordinaire de toutes les synagogues. Cet ajustement a donné lieu à des lectionnaires différents selon l'auditoire visé, le contenu traditionnel choisi et les périodes liturgiques couvertes.  Elle a aussi décuplé la compréhension théologique des actes et dits du Seigneur en favorisant davantage de congruence avec l'Ancien Testament.
L'étude de l'intertextualité du saint Evangile constitue un champ immense d'investigation, à laquelle une synopsis ne saurait apporter toutes les justifications nécessaires. Son bénéfice spécifique tient, cependant à ce qu'elle présente en un clin d'oeil des enchaînements qui sans cela seraient renvoyés à l'abstraction du raisonnement. En présentant brièvement chaque récitatif évangélique encadré de son contexte synagogal, en amont et en aval, elle permet de visualiser les fins poursuivies par la liturgie hebdomadaire et même au-delà. En outre elle fait paraître quelques clés d'interprétation, tirées du lexique sémite des deux Testaments, qui rendent compte des accrochages réalisés par leur mise en parallèle. Ainsi, au titre de simple soutien visuel de l'intelligence, elle représente un instrument préalable nécessaire à toute recherche approfondie sur la transmission de la Bonne Nouvelle à l'âge apostolique.
ISBN 978-2-87601-364-3

Haut de page ↑

Format 21x29,7 cm – Nombre de pages : 192
Année de parution : 2015
_______________________________________________________________________________

La Récitation orale des Actes des Apôtres selon saint Luc



Auteur : Frédéric GUIGAIN
Prix 23 €


Actes des Apôtres rassemblent les récits de la fondation de la communauté chrétienne naissante. Leur matériau remonte à la tradition orale de la toute première génération apostolique jusqu’aux témoins oculaires directs des événements. Ils présentent le développement fulgurant de l’Église, notamment, à travers trois parcours apostoliques, qui se succèdent dans la narration : la communauté de Jérusalem, l’activité évangélisatrice de saint
Pierre et la mission de saint Paul. Le dessein général de l’ouvrage est de décrire les circonstances déterminantes de l’expansion de la Bonne Nouvelle au monde entier et, plus précisément, du passage de l’univers juif à celui des païens, en vertu du caractère universel de la promesse du salut en Jésus, le Messie advenu dans l’Histoire.
Saint Luc, qui se présente comme l’éditeur, a puisé à diverses sources pour sa composition et même a contribué à la rédaction de la dernière partie en son propre nom, à titre de compagnon de saint Paul. Malgré l’aspect apparemment disparate du récit, l’œuvre répond néanmoins à un ordonnancement rigoureux, qui correspond aux méthodes orales et à la mentalité commune de son temps. Il avait à sa disposition de nombreuses chaînes récitatives, dont il n’était pas l’auteur et qui lui avaient été transmises par des traditionnaires attitrés, et qu’il est aisé de retrouver sous sa plume du fait de leur forme rythmique caractéristique. Il participait aussi à la spiritualité générale de l’âge apostolique, qui ne dissociait jamais l’annonce de la Bonne Nouvelle de la liturgie synagogale, en sorte d’organiser la mémoire et l’intelligence de la Parole.

Ainsi l’ouvrage trahit une profonde intention pédagogique qui dépasse largement le cadre d’une simple chronique.
Cette traduction du texte de la Peshitta offre l’occasion d’accéder simplement à la saveur propre de la langue araméenne, aux particularités lexicales de la version syriaque, aux procédés oraux de composition des récitatifs ainsi qu’aux grandes structures didactiques de l’ouvrage.

ISBN : 9782876013711
Format : 21,4 x 25,5 cm – Nombre de pages : 216
Année de parution : 2019

Haut de page ↑

_______________________________________________________________________________

La Récitation orale de l'Apocalypse

selon saint Jean


Auteur : Frédéric Guigain
Prix : 20,50 €


L’Apocalypse se présente comme une série de tableaux décrivant les grandes étapes de l’Histoire du Salut, depuis l’avènement de Notre-Seigneur jusqu’à l’accomplissement des siècles. C’est en extase que l’auteur dit les avoir reçus, tandis qu’il a été soulevé par l’Esprit et interpellé par les anges et le Seigneur Lui-même, et c’est à titre d’expériences oculaires qu’il en a transmis le témoignage.
Mais, à la fois, l’Apocalypse vise un immense effort de récapitulation de la Révélation biblique : chacune des fresques est truffée de citations, en sorte de réaliser l’accord parfait entre la vision et l’Écriture. C’est pourquoi l’Apocalypse thématise expressément le statut d’aliment de la Parole de Dieu, laquelle doit être manduquée continuellement, douce au palais et amère aux entrailles, afin de purifier et façonner la personne et la rendre capable d’accueillir en vérité le message des Cieux sur l’Histoire des hommes.
Ainsi l’Apocalypse est composée de colliers thématiques égrenés selon le décompte de la semaine génésiaque, comme autant de renouvellements de la Création. Elle s’articule, en même temps, sur les grandes fêtes du Temple, et décrit une liturgie cosmique et céleste où l’Univers entier devient le théâtre du culte absolu rendu à Dieu, Maître de l’Histoire. Dans le cadre d’une synthèse complète de l’Œuvre divine, elle réinterprète encore chacune des Alliances vétéro-testamentaires à la lumière de celle définitivement scellée par l’Agneau immolé « depuis la fondation du Monde ».
Un jeu harmonique aussi complexe échappe résolument à la lecture linéaire et ne peut être saisi que par la mémoire repassant, en long et en large, le filet des correspondances et les laissant résonner d’elles-mêmes dans le cœur et l’intelligence. Tels l’Apôtre qui, selon la Tradition ecclésiastique, ne mit par écrit l’Apocalypse qu’au soir de sa vie, après l’avoir transmise oralement de personne à personne, comme son Évangile, ainsi nous revient-il de nous laisser pénétrer en profondeur par la contemplation analogique du Mystère divin.
ISBN 9782876013742
Format 21,5x25,5 cm – Nombre de pages : 144
Année de parution : 2020
_______________________________________________________________________________

Haut de page ↑

La Récitation orale de la Nouvelle Alliance selon saint Jean

2e édition revue et corrigée


Auteur : Frédéric GUIGAIN
Prix 23 €


L’évangile de saint Jean est connu pour être le plus spirituel des quatre. Cela tient d’abord à son contenu résolument mystérique. Il est principalement composé de longs discours de Notre-Seigneur, où s’y révèle le mystère de Sa divinité et de Son incarnation, alors que les évangiles synoptiques n’en faisaient mention que de façon tout à fait implicite. Aussi l’auditoire de ces discours est-il fort différent : il s’agit surtout des docteurs de la Loi et du cercle le plus restreint des disciples, dans un contexte situé en marge des grandes foules et de l’assemblée synagogale.
De même la chronologie ne répond plus au calendrier hebdomadaire des sabbats, mais aux rendez-vous annuels des grandes fêtes du temple, et ainsi donne lieu à un pèlerinage sapientiel et initiatique vers le Lieu de la Présence. Mais cela tient encore à sa forme exceptionnelle. Avec l’évangile de saint Jean, en effet, c’est la composition orale apostolique de la Bonne Nouvelle qui atteint son point d’apogée. Selon la tradition antique, l’Apôtre ne mit par écrit son évangile qu’au soir de sa vie, après l’avoir enseigné de mémoire tout au long de son existence missionnaire, dans un cadre contemplatif et solitaire visant à une transmission de personne à personne.
Ainsi l’élaboration mnémotechnique du texte témoigne d’une sophistication supérieure : le tissage de la Parole autour de la chaîne et de la trame ne concerne plus seulement les récitatifs considérés individuellement, mais embrasse l’ensemble du discours didactique, de telle sorte à constituer un filet dont la récitation est à la fois horizontale et verticale, voire en spirale.
En vertu du jeu des diverses harmoniques, l’évangile devient ainsi le support d’une méditation sans précédent du Verbe incarné, au point de constituer, dans son fond et jusque dans sa structure même, un véritable cœur à cœur avec lui.

ISBN 978-2-87601-379-7

Haut de page ↑

2e édition revue et corrigée
Nombre de pages : 208 – Format 21,4x25,5 cm
Année de parution : 2022

_______________________________________________________________________________


La Récitation orale de la Nouvelle Alliance selon saint Luc

Auteur : Frédéric Guigain
Prix 29 €


La tradition orientale rapporte que saint Luc, diplômé en médecine et en droit, vint d’Antioche à Jérusalem après avoir entendu parler des guérisons miraculeuses de Jésus, et s’instruisit de la Bonne Nouvelle auprès de la première génération des convertis de la Pentecôte. Son bilinguisme, autant maternel qu’acquis par culture, l’associa rapidement aux entreprises d’évangélisation en milieu hellénistique levantin, en collaborant notamment aux missions de fondation du diacre saint Étienne, puis de l’Apôtre saint André et enfin du rabbi des Nations saint Paul. Ayant hérité de son district d’apostolat en Grèce, c’est à Thèbes qu’il rendit témoignage sous Vespasien.
En outre, du fait de ses compétences professionnelles comme de son engagement parmi les diacres hellénistes, il fut particulièrement dans la proximité du cercle des femmes de la génération apostolique. Aussi recueillit-il, dans le lectionnaire synagogal qu’il composa à l’adresse de la diaspora occidentale éloignée de la communauté d’origine, la tradition orale spécifique des Soixante-Dix disciples du Seigneur ainsi que celle des saintes femmes qui l’accompagnaient depuis la Galilée, pour servir de complément à la récitation typique du saint Évangile par les Douze, déjà mise par écrit en araméen par saint Matthieu.
Ce patrimoine, lui-même en araméen, avait été élaboré par les témoins oculaires selon les strictes règles de l’oralité, puis déjà intégré à la récitation des Douze en un vaste ensemble didactique par saint Paul. C’est pourquoi l’évangéliaire de saint Luc ne dénote pas tant un écrivain hellénistique cultivé, mais un traditionnaire scrupuleux de ses sources orales, où le décompte et le bilatéralisme répondent rigoureusement à la chaîne et à la trame du tissage mnémotechnique des récitatifs.
Que cette nouvelle traduction, faite à partir de la Version Stricte (Peshitta) de l’Église d’Orient et de sa nomenclature rythmique, serve ainsi à sa redécouverte par le public français !
(Quatrième de couverture)

ISBN : 9782876013551
Format : 21,4 x 25,5 cm – Nombre de pages : 328
Année de parution : 2012

_______________________________________________________________________________

Haut de page ↑